Réminiscence

Une idée venue de loin

Je me suis réveillée un jour avec cette injonction « Il ne faut pas oublier les morts de la guerre de 14 ». C’était il y a 30 ans et depuis j’ai photographié les monuments aux morts de nombreuses communes. M’interrogeant sur cette obligation.

Puis en 2000, visitant le musée d’art brut, la Fabuloserie, j’y ai découvert une casemate reconstituée : sac de jute remplis de sable, sol de bouillasse, murs de terres…  tout m’est revenu des impressions enfouies d’une guerre que je n’ai pourtant pas connue.

J’ai alors entrepris un travail de création photo-graphique qui navigue entre réalité, mémoire et création.  Il propose à chacun de renouer avec ses propres images fantasmagoriques. Mon grand-père, ancien poilu, heureusement blessé et fait prisonnier a eu la vie sauve et nous a raconté cette terrible guerre qu’il a traversée, qui l’a traversé, et qui me traverse encore.

 

Ces images de guerre, qui est un peu devenue ma guerre, se superposent dans ma mémoire avec les ombres noires des arbres des chemins creux de la Normandie où il habitait, comme autant de personnages terrifiés se battant contre les événements.

 

Ce travail de prise de conscience de ce qui m’avait tant marqué n’a été possible que grâce à cette lente transformation de traces traumatiques en créations.

6_-_Colline_ventée_-_38x55.jpg

Colline ventée

4-Le roi des Aulnes - 38x55.jpg

Le roi des aulnes

Homme_foudroyé.jpg

Homme foudroyé

5-Clairière_-_36x55_edited.jpg

Clairière

18-Oiseau et souris - 27x41.jpg

Fantômes

Hallucinations.jpg

Hallucinations

50-Sous la lune - 22x33.jpg

Sous la lune

21-Clair de lune - 22X33.jpg

Clair de lune

Surgissement.jpg

Surgissement

Sauve qui peut.jpg

Sauve qui peut